« A la recherche de l'alternative 4/4 : Notre bien le plus précieux (2) | Accueil | Avis de séisme »

23 avril 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Belgo5.0

Réaction anecdotique. Tu dis : "...tracer un nouvel horizon idéologique. Je vais donc m’arrêter là, peut-être provisoirement. Si ce travail se poursuit, ça ne sera pas sur Horizons. J’ai bien conscience que ce type de contenu n’est pas adapté au format d’un blog."

Je pense que le combat contre le sarkozysme (car après tout le sarkozysme n'est que le reflet de notre société...) nécessite en effet plus qu'un blog ou qu'une ligue de blogs.

Il faut, mais cela doit refléter un combat réel dans la vie réelle : un portail, un wiki, une équipe de coordination chartée, un systeme comme MoveOn.
Mais cela implique un accord de plate-forme POLITIQUE.

"le Belge"

Crapaud Rouge

@Malakine : dans ces articles, il me semble que tu as plus indiqué les raisons d’être du « protectionnisme de civilisation » que la forme que celui-ci pourrait prendre. L’on comprend bien qu’un blog n’est pas le cadre approprié, mais un livre y suffira-t-il ? Accoler protectionnisme et civilisation, c’est adopter l’idée que « tout est lié » : comme si l’économie n’était pas seulement l’économie mais aussi tout le reste : l’environnement, la culture, le progrès, la démographie,… Dans ces conditions, estimer qu’il nous manquerait seulement une idéologie adéquate à un but fondamental, (par exemple la stabilité), c’est sous-estimer la vastitude de la problématique posée.

Comme nul ne l’ignore, les chrétiens ont réussi jadis à changer le logiciel religieux de l’empire romain. Au départ, ils n’ont fait que communiquer entre eux sur la base d’une seule idée : Jésus est le messie. Un truc absurde pour les païens de l’époque, mais qui devait paraître 100% rationnel aux yeux des premiers chrétiens, ceux-ci estimant que le paganisme ne contenait lui-même qu’un tissu d’histoires sans queue ni tête. Aujourd’hui, la frontière entre rationalisme et billevesées, c.a.d. le germe d’une nouvelle pensée, passe désormais par le fait de croire ou non à l’avènement des catastrophes climatiques qui menacent la civilisation. Ce que le capitalisme n’a jamais su faire, anticiper le long terme et tenir compte des besoins et des coûts réels, est désormais l’incontournable nécessité à laquelle doit se soumettre l’économie.

Philippe

Bonnes vacances.

Je me demande ce que va devenir la société qui est la nôtre.
Exemple: les dirigeants de Dexia ont reçu des millions d'euros alors que cette banque était en faillite et a bénéficié d'aide de la belgique et de la France.
Et des lois, toujours des lois dont la plupart sont inutiles et parfois nuisibles.
A chaque fait divers,une loi.
Est-ce une façon de gouverner ? Impression que cela se fait à vue !

René Jacquot

@ Malakine

Merci pour cette alternative globale: il n'est pas facile de s'extirper de l'actualité et du bruit ambiant afin de dessiner les contours d'un autre projet de société.

En vérité pour pouvoir mener à bien ton oeuvre, il faudrait faire le blackout total pendant 6 mois (désolé chers lecteurs).

Ton idée de protectionnisme de civilisation est en vérité une écologie au sens premier du terme, de nombreux aspects sont à prendre en compte: l'économie, la psychologie, le sociétal, la démographie, l'environnement, le travail, le religieux...

Il manque peut-être des pièces au puzzle et c'est bien normal, il faut chercher, tâtonner avant d'avoir un semblant de réponse... Ton idéologie de "vieux sage" est éminemment révolutionnaire puisqu'elle constitue une alternative raisonnable à l'hybris néolibérale et carnassière.

"Grâce à vous, je sais maintenant que le secret d'une vie heureuse est d'abord de vouloir ce qui est nécessaire, et ensuite d'aimer ce que l'on a voulu".

Prêté à Joseph Breuer (ami de Freud) dans un roman de Yalom en 2007.

archibald

Bonnes vacances, Malakine, après cette période de surchauffe intellectuelle bienvenue.

Je crois savoir que vous attendez de vos lecteurs qu'ils commentent régulièrement vos billets.
Je dois vous dire que cette série m'a intéressé, mais, comme je ne me sens pas capable d'adhérer à un projet d'ensemble (pour le moment? Vous me convaincrez peut-être) à vocation idéologique (là, vous aurez du mal :-) ), je me suis abstenu. Et vos propos dépassaient la compétence que je peux, à l'occasion, me reconnaître.
Mais je continue à vous lire avec attention, et vous remercie pour la qualité de vos articles.

Boréale

tu as l'air moins sûr de ton projet estival ?
toujours est-il que tu touches ici du doigt la question que je n'ai pas cessé de me poser en lisant ta série :
Comment lever l'enthousiasme ??

O. Teur

Le court terme doit être encadré, voila ce que je retiens de ton texte.
La méthode, le "cadre" que tu proposes n'a pas la force du constat que tu dresses.
Un peu comme dire : pour soigner un alcoolique il faut qu'il réduise sa consommation d'alcool...

BA

A propos du « Grand Marché Transatlantique » et de sa lutte contre le protectionnisme, lisez cet article de Marianne :

Certes, l’information fait surface opportunément à quelques semaines des européennes par la grâce d’un Jean-Luc Mélenchon, tête de liste du Front de gauche, mais jusqu’ici difficile de dire qu’elle avait suscité la curiosité des rédactions.

Invité à s’exprimer sur RMC face à Jean-Jacques Bourdin mardi 21 avril, Mélenchon a déclaré qu’il y a « quelques mois, le parlement européen avait voté, socialistes inclus, la décision que oui, en effet, on ferait un grand marché transatlantique dérégulé, sans droits de douane et sans barrières à la circulation des capitaux et des marchandises. Vous le saviez ? »

Jean-Jacques Bourdin avoue son ignorance. Nulle volonté de lui jeter la pierre, nous étions jusqu’ici tout aussi ignorants que lui de ce projet de « Grand Marché Transatlantique », sorte de World Company en pleine efflorescence.

L’affaire remonte en fait à avril 2007 (déjà) avec la création du Conseil Economique Transatlantique, un organisme créé entre les Etats-Unis et l’Union Européenne pour « coordonner l'harmonisation des réglementations et normes, et permettre l'intégration économique transatlantique ».

L’accord a été signé à la Maison Blanche par le président américain George W. Bush, le Président du Conseil de l'UE Angela Merkel, et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

Depuis, la coopération Transatlantique a fait du chemin. Lors des sommets Union Européenne-USA, sous couvert d’échanges fructueux sur le changement climatique, la sécurité énergétique, la promotion de la paix, on apprend que des discussions étaient réservées afin d’évaluer l’état d’avancement des travaux du Conseil Economique Transatlatique, notamment sur « des solutions performantes en matière de lutte contre le protectionnisme ».

Entre autres exemples.

Le 26 mars dernier, à l’occasion du vote du rapport sur « L’état des relations transatlantiques suite aux élections aux Etats-Unis », le parlement européen répétait son exigence de mise en place d’une zone de libre-échange transatlantique unifiée à horizon 2015. Certains députés européens espéraient même 2010…

Le rapport a été adopté par 503 voix contre 51, donc avec l’assentiment, comme le souligne Mélenchon, du Parti socialiste européen (PSE).

Dans un grand « mouvement des alignés », le parlement européen fait aussi allégeance à l'OTAN en tant que « pierre angulaire de la sécurité transatlantique ». Autant de nouvelles preuves d’une incapacité structurelle de l’Europe à exister en tant qu’espace politique.

Réduite à la fonction de laborieuse machinerie d’harmonisation réglementaire, l’Europe a renoncé à toute ambition politique : des institutions dignes de ce nom, un impératif militaire, pourquoi pas définir un jour des frontières définitives ? Bref, tout ce qui fonde une identité. Le chemin sera long.
D’autant plus si, à peine échafaudé, le pas très mobilisateur projet européen se désagrège déjà dans une zone de libre-échange qui le dépasse et n’a pour autre horizon qu’un jumelage avec l’Oncle Sam.

Il lui restera alors toujours la possibilité comme, disait le philosophe Marcel Gauchet, « de se contenter du rôle de continent des retraités de l’histoire, confits en remords vains et en moralisme sénile ».

http://www.marianne2.fr/USA-Europe-Bienvenue-a-la-World-Company-!_a178156.html?com#comments

Oppossum

"J’ai du mal à m’enthousiasmer pour cette idéologie de vieux sage auquel j’ai abouti" ... (à laquelle ... ?) Mais oui, on voit bien ce que tu veux dire.
La 'vérité' ne serait pas bandante ? Merde alors. Mais l'enthousiasme serait-il une vérité qui s'ignore ? Une petite garce totalitaire ?

Ou bien encore comment enchanter le possible et rendre le raisonnable sexy ?

Laurent, gaulliste libre

@ Malakine

Merci pour cette série d'articles très stimulantes. Je ne crois pas qu'elle ne soit pas adaptée au format blog. Pourquoi faudrait-il réserver ces réflexions à un livre. Bien sûr, le format blog ne permet pas autant de développer sa pensée, mais le système de série de papiers permet d'aller beaucoup plus loin qu'un simple article. Et surtout, cela enrichit la blogosphère !

Bonne pause !

Seb ed CaRéagit

Cher Malakine,

Un grand bravo pour l'effort de réflexion. Je suis en train d'imprimer 10 pages word correspondante au copié/collé de tes billets et je vais m'empresser d'en faire bonne lecture.

Peut être que j'aurai des remarques. Dans ce cas là, il y aura sûrement un billet.

Bonnes vacances

Gilbert

Salut les virtualo-toilistes !
Alors, je vois qu'on ne se fatigue jamais dans le velléitaire !

@Boréale,
frustrant, hein ! De se poser des questions au sujet desquelles seuls les les plus baratineurs (ceux que se seront choisis pour maîtres les électeurs soi-disant libres)... vont pouvoir apporter des réponses. Les réponses qui vont les enrichir, of course.
Cordialement.

olaf

Conclusion de Maris :

http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/journaldeleconomie/index.php?id=78960

Crapaud Rouge

@Malakine: n'oublie pas de rentrer de vacances, sinon le monde va tourner sans toi, ce qui serait dommage. A ton retour, saute sur cet article de ContreInfo qui propose rien moins qu'une révolution économique et culturelle pour aboutir à "la prospérité sans la croissance". (Titre du livre de Tim Jackson, Commissaire Economique de la Commission du Développement Durable du Royaume-Uni.)
Bonnes vacances!
http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2688

olaf

Sur la critique de la décroissance :

http://jeanzin.fr/index.php?post/2006/01/13/28-les-limites-de-la-decroissance-interview

olaf

Aussi, sur les villes durables, urbanisme :

http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/programmes/p-80-s1-z6-lg0-ECRAN_VERT.htm?prg_id=206542&

toma

J'ai bien aimé ton blog donc je te le dis !
Les thèmes abordés sont intéressants.
bonne continuation !
http://lalignerouge.wordpress.com/

Crapaud Rouge

@olaf, à propos de l'article cité (qui fait référence au même article de Serge Latouche du Diplo cité aussi par ContreInfo) : je l'avais déjà lu et ne le trouve pas pertinent du tout. Suis pas d'accord avec :

« Simplement, je ne cherche pas comme lui [Serge Latouche] à "décoloniser notre imaginaire" car ce n'est pas notre imaginaire qui est colonisé mais nos vies et il faudrait proposer des alternatives matérielles plutôt que des bons sentiments, question d'organisation collective encore, plus que d'état d'esprit. »

C'est bien notre imaginaire qui est colonisé par le consumérisme, ce qui nous fait tolérer, (question « d’état d’esprit »), les pires organisations sociales du travail, comme celle des "call centers". Jean Zin « déplore une dimension moralisante beaucoup trop présente à [s]on goût alors qu'il s'agit d'organisation sociale » : qu’on en revienne à l’esclavage puisque la morale n’aurait rien y voir ! Quant aux « alternatives matérielles », elles sont concevables, mais à condition de renoncer au sacro-saint PIB et parler de développement qualitatif. A mon avis, le seul vrai obstacle à la décroissance tient à la compétition militaire entre les nations, car la puissance militaire repose sur la puissance économique.

olaf

C Rouge,

Tu n'as pas bien lu, Zin propose l'inverse de l'esclavage, puisqu'il parle de travail choisi. La morale est en effet impuissante, il n'y qu'à voir tout ce qu'on raconte de plus en plus depuis quelques années en termes de bonnes intentions et pourtant les conditions de travail se sont dégradées très souvent. Le propos est donc de changer les dispositifs pour améliorer justement les conditions de la production, alors qu'on a toujours pensé le bien être via la consommation, qui est une conception passive, pendant que la production est régie de façon imposée d'en haut sans presque aucune négociation actuellement.

Crapaud Rouge

"La morale est en effet impuissante" : difficilement contestable. Il n'empêche que l'esclavage était moral pour les Sudistes, pas pour les Nordistes. Remplacez "esclavage" par "condition intolérable", et la morale pointe son nez partout.

Crapaud Rouge

@olaf (suite) : Le Diplo publie un article intitulé : "le séisme sur les retraites en Argentine et au Chili", où l'on peut lire : "En Argentine, la publication des montants astronomiques que les dirigeants des AFJP et des compagnies d’assurance s’octroyaient, alors même qu’ils jouaient l’épargne des déposants au grand casino de la finance internationale, a soulevé l’indignation. Sur une période de quatorze années, plus d’un tiers des 12 milliards de dollars (9,5 milliards d’euros) de rétributions pour « prestations de services » ont été destinés aux salaires des principaux dirigeants, tandis que les commissions versées aux directeurs commerciaux constituaient le deuxième poste de dépenses. La situation est similaire au Chili." Sachant que ces dirigeants sont des gens de haute moralité, c'est bien la preuve que la morale est inefficace. Enfin, on se comprend, car la morale du libéralisme qui consiste à s'enrichir par tous les moyens à sa disposition, se montre parfois fort efficace.

olaf

La morale, c'est bien joli, mais c'est souvent une façade de principes intangibles, plus c'est dur, plus c'est intangible, plus ça exige, plus c'est cru. On ne croit souvent qu'à la dureté qui est la seule efficace. Voilà ce que m'inspire la morale et ses connotations prétentieuses. Alors il y a l'éthique, plus fine quelque part, mais qui n'est pas toujours très éloignée de la morale, en plus diplomatique. Alors, je crois qu'on n'a pas besoin du fétichisme des mots pour voir ce qui va ou ne va pas. La seule morale de l'histoire avec un H, c'est que la frime est envahissante, parce que les babouins que nous sommes ne reconnaissent pas leur condition. C'est un peu le problème du vivant, pas que l'humain, que de vouloir se faire plus gros que le boeuf...

S'inflater, comme un soufflet, on fait ça tellement bien, alors qu'il faudrait aller ailleurs.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Stats


  • Fréquentation du site