« Place au débat | Accueil | Economiquement elle le vaut bien. »

18 avril 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Constantin

L’un des thèmes favori de Sarkozy c’est »travailler plus pour gagner plus »
Quand on exerce une profession libérale (avocat, comme lui) c’est encore possible. Quand on est salarié ce n’est pas avoir le sens des réalités que de tenir de telles propositions.
Les chômeurs qui n’ont pas de travail comment peuvent-ils travailler plus ?
Avez vous vu, dans le monde réel du travail un employé décidant qu’il va faire des heures supplémentaires à sa guise. C’est toujours l’employeur qui décide du temps de travail en fonction de ses besoins !
Demandez à la caissière du supermarché de votre coin si elle a décidé de ne faire que 30 heures par semaine.
Les propositions qui sont de ne pas faire payer les charges patronales sur les heures supplémentaires ne vont pas réduire la fracture sociale entre ceux qui travaillent et ceux qui sont au chômage. Cette mesure sera bien tentante pour les entreprises de faire faire des heures supplémentaires à bas coût au lieu d’embaucher.
Non décidément quelque soit le résultat du premier tour, tout sauf cette droite qui ne fera que creuser le fossé entre les nantis et les pauvres. Les pauvres qui ne seront pas que des sans-emploi mais aussi tous les smicards qui n’auront même plus la possibilité financière de se loger.
Avec SARKOZY, ce serait la droite la plus dure qui nous ramènera à ce qui se passe aux Etats-Unis où l’on peut voir des grands-pères de plus de 70ans travailler pour pouvoir survivre.
Ce n’est pas cette France que je nous souhaite.

chav

A Constantin.
D'accord avec ton analyse.
Au delas c'est même un choix global de socièté qui nous est proposé.
Une fois de plus la fuite en avant vers le néoconservatisme d'inspiration états-unienne de l'UMP est évidente. Lentement (trop d’après N Sarkozy) mais sûrement le code du travail a commencé a être détricoté au nom d’une « efficacité » économique qui cache une précarisation sans cesse plus poussée des salariés. Ne nous cachons pas la vérité, qui derrière se profile, des hommes comme, proche de sarkosy tel Denis Kessler n’en font pas mystère, à terme ce qu’ils veulent, c’est ce qu’ils dénomment « la société du risque permanent », ou plus concrètement la garantie d’une concurrence exacerbée entre tous et à tous les niveaux, gage selon eux de dynamisme et de progrès.
La rupture de Nicolas Sarkosy, c’est la rupture des derniers remparts qui freinent le flot dévastateur de la mondialisation néo-libérale sur le modèle sociale français. Un modèle qui de toutes façons ne fonctionne plus, et qu’il faut donc jeter pour adopter le modèle des USA (c’est bien connu quand quelque chose ne fonctionne plus surtout ne pas ouvrir et réparer, le remplacer par du neuf, voilà la société de consommation moderne, une société de nouveaux esclaves, enchaînés par les crédits, fouettés par la pub, prisonniers, drogués et abrutis du consumérisme no limits).
Sa rupture, c’est la rupture des derniers liens civiques et sociaux qui font la France, sa force et sa spécificité.
Sa rupture, c’est le dernier coup de poignard porté au pacte national et social républicain.
Sa rupture, c’est celle de la France avec elle-même.

david-david

Que signifie une bataille à "front renversé"?

Malakine

Une réforme à front reversé c'est quand la gauche fait une réforme de droite et la droite une réforme de gauche.

C'est la gauche qui a désindexé les salaires sur les prix, libéralisé les capitaux, desfiscalisé les stock options. C'est la droite qui a supprimé le service national, réformé les retraites par répartition, lancé le chantier de la rénovation urbaine ...

... mais je reconnais qu'il y a plus de réforme de droite faite par la gauche que l'inverse.

Chevillette

Malakine, ce qui est bizarre c'est que les passages qui semblent te fasciner (écrits par Guaino) sont ceux qui me paraissent les plus en contradiction avec la politique qu'a mené l'UMP et Sarkozy. Pourquoi aprés avoir mené (comme le dit Chav) un guerre au droit du travail, aux salariés eux-mêmes (C.D.D, précarisation..) ce qui favorise par effet de levier les employeurs. Pourquoi donc changerait-il d'option en étant président?

C'est à ce titre que nous sommes, à mon sens, en présence d'un mensonge pur et simple (ce ne sera pas son premier) et du raccolage électorale (type fracture sociale). Dans la derniére ligne droite, il reprend tous les thémes chers à l'opinion publique (délocalisation, souverainisme..etc) par pur démagogie, va t'il défendre le "non" de 2005 où citer ché guévara...qui sait?

marc

... mouais déjà je ne m'explique pas le glissement de chevènement à de Villiers, le truc de protectionnisme... et pour le second tout manifestement... ce sera Sarko... le ralliement à lagardère, bouyges et consorts... et si la préparation vaut comme sésame...

Malakine

@ chevillette

Comme je m'attendais à cette réaction sur la démogagie de sarko; j'ai pris la peine d'argumenté en quatre point dans le texte pourquoi je pensais qu'il était au contraire sincère. Tu as vu ?

Sinon, je trouve ça tout de même extraordinaire. Quand Sarkozy dit quelque chose d'intéressant, c'est de la démagogie et des promesses sans lendemain. Mais quand Royal fait son préchi précha habituel sans aucune proposition concrète ou dit des inepties, on persiste à lui prêter les meilleures intentions du monde et à mettre tous ses espoirs en elle. Ce ne serait pas la définition du sectarisme, ça ?

Et dis moi ? Puisque tu dis que ces thèmes sont chers à l'opinion publique, POURQUOI DONC LA CANDIDATE SOCIALISTE NE S'EN EST PAS EMPARRE ?? Pourquoi elle n'a pas été foutue de reprendre le moindre argument du non au TCE pendant six mois de campagne ?

Si on ne doit même plus écouter ce que disent les candidats pour leur préter des arrières-pensées, considérer que l'un dit oui quand il dit non et que l'autre non quand il dit oui, il n'y a plus qu'à supprimer les campagnes électorales et mêmes les élections. On n'a qu'à s'inscrire une fois pour toute dans un parti politique et c'est celui qui a le plus grand nombre d'adhérent qui gouverne !!!

@ marc vasseur

Si depuis le temps que tu lis mes articles, tu n'as pas encore compris que j'étais protectionniste et pourquoi je l'étais, je pense que tu devrais arrêter. Très sincèrement.


Désolé de troubler le petit confort intellectuel de tous ceux qui aimeraient se persuader que dans ces élections on a d'un coté la sainte vierge et de l'autre l'antéchrist, mais personnellement, j'ai passé l'âge de la lutte du bien contre le mal et des gentils contre les méchants.

Mes analyses sont fondées sur des raisonnements, pas sur une FOI AVEUGLE ET UNE VISION MANICHEENNE DE LA POLITIQUE !

Marcus

Toujours le favori ?

Oui la valeur travail ça compte. Mais moi je trouve que l'homme manque de sérénité. Tout ce qui est excessif fini par être insignifiant.

Le vainqueur sera celui qui aura su toucher le cœur des français, proposer du changement tout en les rassurant.

Avez-vous des échos du terrain. Moi j'ai le sentiment que ça bouge.

Je ne sais pas trop à quelle cuisine les instituts de sondage se livrent avec les données brutes qu'ils se refusent à communiquer (je crois d'ailleurs que Ph De Villiers le dénonce) ni s'ils s'épient entre-eux pour lisser les écarts, mais la grande interrogation est de savoir si Sarkozy aura effectivement réussi à draguer des électeurs du Front National où si, au contraire comme je le crois, il n'aura fait que décomplexer, s'il en était besoin, le discours politique nationaliste et xénéphobe de Le Pen.

Il y a là une vraie rupture républicaine, pour le reste je vois beaucoup de moulinets de mentons qui ne résisteront pas à la première crise sociale majeure. J'entrevois plutôt la perspective de grands désordres dans ce pays avec cet homme qui ne sait pas tenir sa langue est qui est souvent dans la culture du conflit et chez qui le culot et la mauvaise foi sont une seconde nature.

marc-sevres

@Malakine

exposé très brillant, et je suis aussi très sensible à la rhétorique de N Sarkozy, une des meilleures.
Vous écrivez " Le volet souverainiste de son projet est toujours parfaitement argumenté, au contraire de son volet réactionnaire"

Oui, car pour le volet réactionnaire, ceux qui ont le portefeuille n'ont pas besoin de longues explications, et il ne serait pas de bon ton de dire "qu'il est bon que les riches s'enrichissent encore plus".

Tout son volet "social" est très bien argumenté, car il a besoin de "tromper" une partie de l'électorat populaire pour être élu (les riches n'ont jamais fait les gros bataillon électoraux).

Maintenant sur sa sincérité, à votre différence, je la crois ... nulle.

Il me semble qu'il suffit de relever un historique de ses déclarations contradictoires pour en être convaincu. Attendez sa dernière déclaration: chacune se contredit. D'ailleurs serait-il dans une ligne souverainiste anti-libérale que sa majorité ne lui permettrait pas. N'êtes-vous pas surpris que les libéraux de sa majorité ne protestent pas ? Ils savent bien que c'est pour la galerie.

Cordialement

nb1: vous rejoignez un article intéressant de S Halimi, qui montre les rapprochements entre la rhétorique "sociale" de N Sarkozy, et celle qu'ont adopté aux Etats-Unis les néo-conservateurs pour vaincre les démocrates. Il faut quand même être habile pour faire voter les gens contre leurs intérêts.
http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2007-04-18-Identite-nationale

nb2: on peut se demander pourquoi S Royal est plus libérale dans son discours que N Sarkozy (entre autre voir un délicieux article de F Lordon sur S Royal et les fonds de pension).
Sans doute parce qu'elle pense que les classes populaires lui sont acquises et qu'elle doit conquérir à droite. Pari risqué ... à suivre au deuxième tour.
http://www.lautrecampagne.org/article.php?id=136

Malakine

Je suis effectivement très surpris de voir qu'aucun de ses lieutenants ne reprends jamais le moindre thème souverainiste, même pas la préférence communautaire.

J'y vois une preuve supplémentaire que Guaino a convaincu Sarkozy sur quelques points. Si c'était pure démago, toute l'ump reprendrait en coeur ...

Mais ce ne sera pas une difficulté. A droite, quand le chef a parlé tout le monde approuve le petit doigt sur la couture du pantalon ... et de toute manière, l'essentiel se jouera dans les négociations à Bruxelles.

Gilbert Sorbier

Le Sarkozisme n'existe pas !
Pourquoi ?

Parce que le "Sarkozisme Virtuel" celui qu'il nous vend, c'est:
1° Une laïcité sans faille avec contrôle des imams étrangers.
2° Un libéralisme contrôlé qui prétend lutter contre les patrons voyous.
3° Une économie moderne avec TVA sociale et baisse de la chape de plomb qui pénalise nos salaires.
4° Une défense des PME/TPME qui votent d'ailleurs en majorité
pour lui.
5° Un patriotisme annoncé qui change des attitudes de contrition et de renoncement de la gauche.
6° Une volonté de sécuritarisme voulu par 80% des français et la punition des délinquants même quand ils ne sont pas blancs,
Ce qui est nouveau puisque moi qui ai toujours rêvé d'être Polygame, je n'ai jamais pu le devenir puisque c'est un délit.
7° Un volonté de limiter l'immigration demandé par 75% des français.

Voilà ce que veux nous vendre Sarkozy, c'est ce que la majorité des français veut.

Dans la réalité, CE QUE NOUS NE VOULONS PAS ACHETER c'est:

1° Une laïcité bradée avec des lieux de cultes intégristes qui s'installent impunément et le retour à l'obscurantisme religieux cher à Bush, y compris dans les écoles.
2° Un libéralisme sauvage non compensé comme dans la flex-sécurité qui conduit inexorablement vers une société à la Brésiliennes avec 10% de blancs très riches et 90% de pauvres.
3° Une économie exsangue, car sans embauche grâce aux heures supplémentaires détaxées, et bien sûr des baisses sur les charges salariales qu'on attendra longtemps ce qui ne sera peut'être pas le cas de la TVA sociale qui en l'occurrence servirait à payer le fameux bouclier social à 50%: une TVA sociale à l'usage des privilèges des plus riches (unique au monde).
4° Un maintient des PME dans l'absence d'expansion que seule une politique fiscale en faveur de l'embauche et NON des profits aurait put déclancher.
5° Un patriotisme de façade, cet homme là n'en ayant jamais rien eu à foutre d'autre dans la vie que de SON propre avenir (lire le livre de Guillaume Sarkozy).
6° Un laisser aller sécuritaire total (voir les circulaires de non-intervention), on reste à 100 mètres des voitures qui brûlent comme des Lycéens matraqués par des délinquants pendants les manifs anti CPE, on laisse les contrôleurs de la SNCF se démerder avec un resquilleur violent, puis on les laisse saccager la zone commerciale de la gare du Nord.
7° Une immigration contrôlée qui consiste à piller les élites africaine indispensables à leur Pays et à les rajouter à une immigration clandestine qu'on ne se donne pas les moyens de NE PLUS ATTIRER.

C'est ce velléitarisme agité que Sarkozy a réussi à vendre à tous ceux qui ne font pas partie des happy few, qui eux vont bénéficier à plein des nouveaux privilèges accordés aux nantis.

On ne peut qu'être admiratif de ses dons de manipulateur, puisque que les mensonges des candidats n'engagent que les crédules qui les croient.

Chevillette

@Malakine:

Tu sembles donner une grande importance aux textes, discours de campagne (tous écrits par des négres en passant). Or force est de constater que le niveau zéro de cette campagne vient du fait que les candidats (Ségo et Sarko en tête) rasent gratis, ils vont résorber tout le chômage, les délocalisations, la pauvreté, l'identité: absolument tout!

Au bout d'un moment, compte tenu de la vacuité et la démagogie de TOUS les textes: il te reste une chose, la croyance, la sagacité qui va t'aider à croire plus ou moins dans les promesses du candidat.

Concernant Royal et ses ambiguités, j'ai dit ce que j'en pensais dans mon texte, par ailleurs le P.S n'est plus au pouvoir depuis 2002. Sarkozy,lui oui, et des déclarations, il en a fait des milliers. Force est de constater que çà n'a rien à voir avec ses derniers discours. Alors soit il a complétement changé à quinze jours de l'élection..soit c'est un menteur!

david-david

Merci Malakine

Toussaint

Enfin un article objectif sur Sarkozy. Je reprend la plupart de tes analyses positives comme négatives sur Sarko.

Pour le suivre depuis 2002, j'avoue ne pas savoir si Sarko à une vision inégalitaire et autoritaire de la société et je serais tenté de répondre par la négative. Tu semble vraiment affirmatif sur ce point, moi je n'en sais rien.

Ta remarque sur le quinquénat est fort juste. en effet, le président de la république ne se contente plus d'être un arbitre, un monarque républicain, il devient un acteur entier du quinquénnat, un manager !

Je reprend aussi les risques reéls d'affrontements qui pourront être sévères. Ils me paraissent inévitables. La volonté réformatrice de Sarko semble déterminée, il ne reculera pas. Des tensions sociales seront donc au rendez-vous. Je ne les souhaite pas bien sur, mais l'immobilisme ou l'intérêt que porte certains à ne surtout rien changer sera bien secoué. Débloquer notre société, c'est géner certaines franges de la population qui profite du système en place.

Là encore, si Sarko est élu, il lui faudra une grande intelligence de comportement pour réussir. S'il est élu nous rentrerons dans une zone de turbulences, je pense que c'est en partie pour cela que les gens ont peur de Sarko, car ils sentent qu'il ne reculera pas.

Enfin, je crois profondemment que Sarko est en phase avec l'opinion et qu'il a tiré toutes les conclusions du 21 avril 2002. Sur ce point E.Todd est complétement à la rue et n'a rien compris aux enjeux de l'élection française. On lui doit quand même le retour du protectionnisme, ce n'est pas rien.

Jolie la surprise De Villiers, je crois que tu nous as tous bluffé. Au fait, Sais-tu ce que pense E.Todd et H.El Karoui de De Villiers ?

Marcus

chevillette > "c'est un menteur"
Le problème est que l'électeur en redemande à chaque fois.

Malakine > "je crois profondemment que Sarko est en phase avec l'opinion et qu'il a tiré toutes les conclusions du 21 avril 2002".

Il a tiré ses conclusions pour ce qui le concerne, mais quelles sont les conséquences que l'opinion en a tiré ?

marc

@Malakine.

excuse moi, mon cher Malakine... concernant la foi aveugle... tu te bases sur des textes... moi je me contente très sommairement de me baser sur des faits... jusqu'à preuve du contraire il a été membre durant 5 ans... en tant que numéro 2... d'un gouvernement dont on peut passer le bilan par pertes et profits..

Gilbert Sorbier

Mon cher Malakine,
Je partage beaucoup d'idées avec vous puisque nous avons NDA et le Ché en commun.
Visiblement nous différons sur "la bête immonde", c'est votre droit le plus strict de défendre les religions.
Nous différons aussi sur l'économie, vous parlez macro-économie et je pense que la France souffre déjà de sa micro-économie et en particulier concernant les PME.
Enfin vous estimez que Nicolas Sarkozy pense ce qu'il dit !

Et là c'est tellement étonnant, que cela demande une explication de votre part. Les choix viscéraux de Sarkozy on les connaît, cela correspond aux rares avancées concrètes qu'il a vraiment mises en oeuvre: abolitions des plus-values sur les ventes d'entreprises et réduction de impôts pour les privilégiés.

Pour le reste, j'aimerais bien vous lire !

Malakine

@ toussaint

Merci de ton commentaire. Objectif et en rapport avec ce que j'ai écris. Pour une fois ... Merci !

Non, je ne sais pas ce qu'ils en pensent ... Tu sais ? Hakim je sais vaguement. On en a parlé un peu. Todd, je ne sais pas ...

@ marc

Cette fois-ci le petit jeu très confortable de l'alternance ne suffira peut-être pas. Oui, je me base sur les textes et les déclarations. Sur les programmes ... Cela me semble plus intéressant que de ne s'appuyer sur sur ses préjugés.

@ Gilbert

Encore une fois, vous n'avez rien compris à ce que j'ai écris. Cet article n'avait rien d'une profession de foi. C'était une tentative d'analyse du projet que portait Sarkozy au terme de cette campagne. Avec des points négatifs (son volet réactionnaire, qu'il me semble, je n'ai pas oublié de souligner, mais aussi un volet souverainiste, qu'on aurait tort d'occulter)

Encore une fois, je me fiche de ce que pense Sarkozy. J'analyse le projet avec lequel il se présente devant les électeurs.

Toussaint

@malakine

Ma question avait un ton légèrement ironique. Tu justifies t'écarter définitivement de l'option Sarkozy en te référant aux jugements très durs de Todd. J'imagine que Todd et El Karoui ont des mots encore plus durs pour De Villiers...

Pour alimenter le débat, je vous renvoie à la très bonne analyse de Timothy Garton Ash dans le journal Le Monde en ligne
http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],36-899111,0.html

Gilbert Sorbier

Malakine,

Je n'ai en effet rien compris. En vous lisant je croyais que vous analysiez à la fois son programme écrit et les promesses faites au cours de ses discours.
Quand on le fait il est amusant de constater les doublons/contradictions donc les mesures qu'il ne pourra pas mettre en application, qui nécessiteront un choix.

marc-sevres

@Malakine

désolé de revenir dans cette discussion sur votre texte brillant sur N Sarkozy.

Quand vous dites " je me fiche de ce que pense Sarkozy. J'analyse le projet avec lequel il se présente devant les électeurs", vous avez entièrement raison; Se lancer dans l'évaluation de la "sincérité" d'un candidat, n'a en effet aucun sens "objectif", et encore moins politique.

C'est pour cela nous pourrions convenir que votre texte comportait une petite faiblesse, cette partie intitulée:
"La sincérité de Sarkozy sur ces questions fait débat depuis longtemps. J’en suis pour ma part convaincu."
Vous avez le droit d'en être convaincu, mais reconnaissez que cela n'a aucun sens, autre que pour vous.

Je reconnais que la critique est facile. J'admire vos textes, et vous écrivez ce qui vous convient ...

Cordialement

nb: votre texte sur S Royal est parfait, et justement, à aucun moment, vous n'avez posé la question de sa sincérité.
Si j'avais un souhait, ce serait, au second tour, pour S Royal et N Sarkozy, que vous conjecturiez ce qu'ils feront de leur victoire (en supposant pour simplifier qu'ils aient la majorité législative).

aiolive

@ Malakine
Commentaire tardif mais votre article est toujours d'actualité ! Point de vue original et interessant, comme d'habitude, mais permettez moi de reprendre vos arguments concernant la sincérité de Sarko sur son discours souverainiste.

1- Parce que ces thèmes flattent son égo : il changera donc de thème quand d'autres le flatteront mieux ou plus opportunément, le déterminant ici c'est l'ego, pas la sincérité

2- Ce discours, destiné à la France du non, est indispensable pour équilibrer son projet : preuve d'adaptation à l'auditoire mais pas de sincérité

3- Chacun de ses thèmes est toujours assis sur un diagnostic impeccable : qu'il n'a pas réalisé, il est par contre remarquablement épaulé pour la constitution de ses fiches - lesquelles peuvent étayer des discours contradictoires; preuve de professionnalisme mais toujours pas de sincérité

4- Sarkozy n’a pris dans le discours de Guaino et du gaullisme social que ce qui correspondait à ses valeurs : opportunisme ou conviction ? et surtout quelles valeurs ? la sincérité ?

Allons, je pense qu'il assez difficile de prouver la sincérité de Sarkozy dans bien des domaines. J'ai peur qu'il ne sache plus ce que c'est. L'est-il seulement avec lui-même ?

Je partage par contre votre point de vue sur la réussite de Sarko à crédibiliser son incarnation de la rupture. De là à y croire, il y a un pas que 31% des Français ont franchi... combien le 6 mai ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Stats


  • Fréquentation du site