« Cours d'anthopologie toddienne appliquée | Accueil | La "cannabistrouille" ou le financement par l"Etat du crime organisé »

07 avril 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Malakine

> RST

Je ne veux pas rouvrir le débat de 2007. Comme tu le sais très bien, j'ai avant tout voté contre ségolène Royal et ses propositions toutes plus ineptes les unes que les autres. Certes, je ne m'attendais pas à ce que Sarko s'avère aussi nul dans l'exercice du pouvoir. Mais je ne regrette assurément pas d'avoir barré la route à cette folle dingue féministe.

Marine, un programme nazi ... D'accord ... je vois que le niveau monte ! On ne va pas faire un combat de liens, mais j'ai lu ce matin l'analyse d'Hervé Nathan sur le projet économique présenté hier. Il était très loin de ce genre d'outrances délirantes et imbéciles. Il regrette presque que le programme soit si clasique et banal, et souligne au passage l'impasse faite sur la préférence nationale. Je note aussi que le fait qu'elle s'appuie sur des hauts fonctionnaires est plutôt de nature à me rassurer.

http://www.marianne2.fr/Quand-Marine-Le-Pen-se-met-a-l-economie-banale_a204789.html

Mais bon, j'imagine que cela ne te convaincra pas. C'est une nazie ! (Je sens qu'à ce rythme, les insultes ne vont pas tarder à pleuvoir ici ! Suite à cette article les divergences d'opinion s'expriment encore avec une certaine mesure, mais si nos contradicteurs continuent dans des surenchères de ce type ça va rapidement dégénérer !!

> Nicolas

Approximation d'un seul commentateur ? Non ! Cela est tout à fait révélateur du ton et de la rigueur développé par les opposants à Marine. Il n'y a qu'à relire le dernier message de RST !

Avec des thèmes comme la laïcité ou l'Islam, on touche au coeur des sensibilités politiques et de la culture de chacun, sujet que je creuserais dans mon prochain article dans lequel je distinguerais 4 familles. Celle dans laquelle je me situe est assez minoritaire. J'en ai conscience. Je ne vais pas lui reprocher de refléter par son discours des aspirations que je sais extrêmement fortes dans l'opinion.

Ce qui m'importe essentiellement ce sont les questions politiques et économiques. Le champ culturel donne lieu aux polémiques les plus enflammées, mais on reste tout de même en grande partie dans le symbolique.

> Jardidi > Sancelrien

J'apprécie de pouvoir compter sur quelques soutiens. Vraiment. J'ai remarqué avec le temps que ce sont les lecteurs les plus critiques qui ont le plus tendance à s'exprimer dans les commentaires.
Et franchement, quand je ne lis que des commentaires négatifs, c'est saoulant. J'espère que cela ne recommencera pas, parce que ce travers récurrent me conduit soit à répondre de manière agressive, soit à finir par avoir envie d'envoyer ballader le blog.

Donc, merci de ne pas me laisser seul face aux critiques, qui comme on l'a vu, ne brillent pas toujours pas leur mesure !

A-J Holbecq

>Nicolas Gonzales

Et au second tour entre Sarko et MLP .. à quoi vous/nous servira de voter blanc?

Jardidi

Il fallait s'y attendre. Cela ne pouvait pas être par hasard que les mouvements républicains sont restés divisés et inefficaces. Marine Lepen joue ici le rôle de révélateur.
Les critiques devraient continuer quelque temps et je préfère que tu sois agressif, puis ton blog va attirer ou conserver ceux qui sont pour un travail critique et loyal avec une Marine Lepen souverainisto-acceptable.
La réflexion va devenir concrète, nos analyses auront des conséquences électorales. Cela va devenir exaltant et ce serait dommage d'abandonner à cause de quelques conformistes. Courage.

Santufayan

@Malakine
Extrait du programme FN :
"La déchéance de la nationalité pourra être prononcée par la juridiction concernée dans le cas de naturalisation acquise depuis moins de 10 ans et dans le cas de crime ou délit grave ayant entraîné une condamnation à plus de 6 mois de prison, non assortie de sursis."
Lien :
http://www.frontnational.com/?page_id=1095

La déchéance de la nationalité pourra être appliquée aux français naturalisés mais pas à TOUS les français. Il s'agit d'une discrimination qui préserve les français de souche. CQFD.

RST

@ Malakine
Je n'ai pas dit que je partageais le point de vue de Chavagneux. J'ai simplement demandé que l'on en tienne compte dans le débat, pour en discuter. C'est possible ? Quant aux critiques, si tu dois faire un caca nerveux chaque fois que je m'exprime, dis-le moi, je m'abstiendrai. Je pensais que tu étais pour le dialogue même un peu vigoureux (il me semble d'ailleurs que je suis resté tout à fait correct). Mais si il y a que toi qui a le droit d'être "franc" et si c'est reparti pour que tu menaces de tout arrêter dès qu'on est pas d'accord,j'abandonne.Je ne voudrais pas avoir la mort d'Horizons sur la conscience alors que le blog vient juste de ressusciter.

@ Santufayan
En plus de la discrimination, il y a, selon moi, un truc complétement délirant (et significatif) dans cette proposition: on y parle de crime ou délit grave (je suppose que le "grave" s'applique à "crime" et à "délit"). Quelqu'un aurait un exemple de crime ou délit grave ayant entrainé une condamnation de... 7 mois par exemple ?
Avec ce genre de truc, il suffit de qualifier toute offense entrainant une peine de plus de 6 mois de "grave" et le tour est joué !

Abdel

@Malakine et les commentateurs

J' aime lire le débats qui a lieu ici mais malheuresement le temps presse.

Je ne voterai pas pour MLP en 2012 car je pense que des " spins doctors " lui explique de recentrer son discours pour coller au marketing ambient.

Je disais que le temps presse car le monde dans lequel nous vivons est dans le déclin sans nouvelle stratégie.

Le pick oil est maintenant reconnu officiellement par l agence internationale de l' Energie, les candidats a la presidence doivent offrir une solution.

Nicolas Gonzales

@ Malakine

Soit j'attends la suite avec impatience. Je m'autorise à réagir depuis peu mais je vous lis depuis longtemps, et je trouve vos analyses intéressantes et originales, vraiment. C'est votre "nouvelle" ligne politique qui me paraît être une grosse erreur.

@ A-J Holbecq
Je n'avais pas pensé à un tel scénario. Ca ressemble à un cauchemard, Sarko/Le Pen au second tour, pour moi en tout cas. Mais franchement avec le nombre de candidats potentiels à droite, je n'y crois pas une seule seconde. La gauche a beau manqué de dynamique, je vois tout de même un de ses candidats passer le second tour. Si n'est pas celui du PS, ce sera certainement celui du FdG - qui aura alors mordu sur l'électorat PS.

Mais en réalité, je crois bien que l'on aura un second tour assez classique cette fois-ci, gauche de gouvernement contre droite de gouvernement - un Sarko/DSK bien que l'identité des noms me paraissent loin d'être figée.

Bon c'est dans quatorze mois, on aura le temps d'y repenser...

Santufayan

Afin de mieux apprécier le changement proposé par le Front National, voici notre loi actuelle sur la déchéance de la nationalité quasi inopérante en pratique (7 cas seulement sur la période de 1998 à 2007 et aucun après 2007) :
http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070721&idArticle=LEGIARTI000006420133&dateTexte=20110410

"L'individu qui a acquis la qualité de Français peut, par décret pris après avis conforme du Conseil d'Etat, être déchu de la nationalité française, sauf si la déchéance a pour résultat de le rendre apatride".

Il est question de (je cite) :
"crime ou délit constituant une atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou pour un crime ou un délit constituant un acte de terrorisme."

D'autre part, le FN supprimerait l’acquisition automatique de la nationalité française par le "double droit du sol" qui prévaut actuellement dans la loi (né en France d'un parent au moins né en France) pour ne garder que le "droit du sang" (ayant au moins un parent français). Ce dernier point n'est pas une discrimination mais une proposition de changement de la loi conforme à la république je le précise.

Ces définitions factuelles étant posées, chacun peut avoir sa propre opinion. De mon coté c'est fait : je suis pour le maintien de la loi française actuelle sur les 2 points.

Laurent Pinsolle

@ Jardidi et ETDAS

Plusieurs points :
- accorder un blanc seing républicain au FN de MLP me semble plus que prématuré. Beaucoup de "détails" mis bout à bout permettent d'en douter. Il ne faut pas négliger la part de communication dans la stratégie de MLP
- la trajectoire électorale du FN ne permet absolument pas de conclure que c'est le seul véhicule sur lequel parier pour changer le système. En prenant de la distance sur les résultats électoraux de ce parti depuis trente ans, on ne peut pas du tout soutenir qu'il est sur une trajectoire gagnante pour 2012, voir même 2017. Le FN est passé d'un niveau faible à son niveau maximum mais n'a absolument pas dépasser le plafond de verre (sans doute à cause de mon point 1. Et si le FN, au contraire, était exactement l'impasse dans laquelle souhaite nous enfermer le système (cf adoubement républicain de Minc et O.Ferrand) ?
- sur NDA, je vais me répéter, mais nous ne pourrons juger qu'après le premier tour. Sur le charisme, je ne vois pas ce qu'il a de moins qu'au moins deux des trois principaux candidats de 2007...

@ Anthony

Voilà, tout le problème est là : la provocation, je n'ai pas de problème pour débattre sur un blog, mais sur un mur Facebook, un peu plus de tenue me semblait nécessaire. Et là, ce n'était pas du tout le porte-parole qui a tranché, mais beaucoup plus l'individu qui pensait à la tenue de son mur.

En même temps, je trouve intéressant que NDA choisisse un profil comme moi comme porte-parole. Et je garde ma liberté de parole (maîtrisée bien sûr) sur mon blog comme l'ont montré un certain nombre de papiers.

Des "détails" : ce n'est absolument pas mon analyse, ce qui montre que nous ne sommes pas forcément d'accord sur l'essentiel.

Jardidi

Mais je n'accorde pas de blanc seing républicain à Marine Lepen, je suis persuadé qu'une alliance critique avec elle est la meilleure chose à faire pour le moment. Les hypothèses électorales sont pourtant impressionnantes, première au premier tour, 40% possible au second.
Attendre le second tour des présidentielles, c'est en quelque sorte tout miser là-dessus et, en cas d'échec, tout laisser à Lepen. Votre stratégie peut aussi renforcer le FN alors qu'avec celle de Malakine, nous aurions pu construire une aile gauche du FN qui aurait pu prendre son envol au bon moment.

Max

A Anthony Michel

Mon post n'avait absolument pas l'intention d'inciter qui que ce soit à voter NDA (même par charité), je voulais simplement pointer du doigt que du point de vue de NDA, faire cavalier seul pour l'instant était rationnel tant que l'on ne sait pas exactement qui est MLP.

Ce n'est pas parce qu'elle reprend un certain nombre de nos idées depuis quelques mois que l'on doigt immédiatement lui donner un blanc-seing.

Imaginons qu'il apparaisse au cours de la campagne 2012 qu'elle ne veuille pas (ou ne puisse pas) réformer l'aile la plus extrémiste du parti qu'elle dirige, des lors toutes les idées copiées par MLP seront grillées politiquement et stupidement taxés par un certain nombre "d'intellectuelle" de politique extrémiste (c'est d'ailleurs une critique que je lis déjà sur le blog de Chavagneux dans le lien posté par RST où programme de MLP=retour au Nazisme). Et ce n'est pas une éventuelle aile gauche (même critique) composé de NDA, le RIF ou je ne sais qui qui échappera à ce genre de procès.

Après tout, NDA a soutenu Sarkozy en 2007 et on le lui rappel assez souvent encore aujourd'hui pour qu'il se montre prudent au sujet de ses futurs soutiens (a fortiori lorsque l'on parle de MLP...)

Républicain pragmatique

Bonsoir à tous,

Je pense que Malakine voulait mettre le doigt, non sur le fait que Nicolas Dupont-Aignan ait refusé toute alliance, mais plutôt la rapidité avec laquelle il s'est prononcé.
A mon avis, la sagesse aurait voulu que NDA réfléchisse et accepte de discuter, ce qui ne l'aurait engagé à rien. Adhérent DLR, je suis perplexe quant à cette prise de position. Je le répète, accepter l'idée d'un dialogue ne signifiait pas accorder un blanc seing mais aurait illustré une ouverture d'esprit. Sur ce point de vue, je pense que mal de militants risquent d'être décontenancés tant ils souhaitent que la famille souverainiste soit rassemblée et non divisée pour des querelles de clocher, tenant plus à des problèmes d'ego.
Quant à dire que l'alliance n'est pas possible du fait qu'il est gaulliste et républicain, je trouve ça quand même un peu léger.

Jeremy Cloutier

@ Xavier Malakine

La montée de MLP dans les sondages et les urnes, c'est de la faute de Nolwenn Leroy, de l'AOC et de l'AOP...

http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20110310.OBS9441/nolwenn-leroy-la-breizh-attitude.html

La nouvelle version du Nouvel Obs est très drôle, c'est un gag permanent!

La Gaule

Et Bé ! C’est la révolution chez toi ! Je n’ai pas participé au débat car il n’y avait rien à ajouter sous l’angle auquel il a été abordé, tant à la qualité des échanges qu’au clivage qui semble bien se dessiner à partir d’eux.
Quant à ton article, suivant l’une de tes expressions favorites, « j’en pleurerais ».
Comme je l’ai dit sur d’autres blogs, le vrai danger de Marine Le Pen n’est pas qu’elle bascule dans une idéologie qui ne concerne plus notre époque, même si elle est inlassablement brandie comme un tintin crevé par des gens qui se trompent déjà de siècle.
Si Marine Le Pen est l’avant-garde travestie en démocrate du fascisme de grand papa, je veux moi que l’on me désigne clairement qu’elle puissance étrangère en est porteuse et quels sont les souterrains qui abritent les légions sur mécanisées de La Bête.
En clair, je suis fatigué de ces sempiternels paris sur le nazisme qui peut ressurgir de nulle part à tout moment et en tout lieu comme l’herbe du désert à la moindre averse ou la peste bubonique. Et si le général de Gaulle doit être invoqué en regard de sa seule attitude historique en regard du nazisme, alors le Général est bien mort, longue vie à son mythe.
Il faut être cohérent, nos nations historiques et qui se veulent toujours démocratiques et républicaines sont menacées par des forces aussi redoutables que l’ont été jadis le fascisme européen mais lesquelles n’ont plus grand-chose à voir avec lui sur tous les plans.
Invoquer l’antifascisme en prière en imaginant des sections d’assaut derrière chaque trader de Wall street relève de l’anachronisme pathologique… Ou de la mauvaise foi évidente.
Cette fièvre ne peut frapper que ceux qui se sentent les pieds dans le vide provisoire de l’histoire (et pour cause, encore tout récemment ils croyaient en sa fin prématurée) et cherchent à dissimuler leur incapacité de se remettre en question dans des grands écarts idéologiques impossibles entre LES mondialismes d’aujourd’hui et les fascismes d’hier.
(J’emploie le mot mondialisme au pluriel puisqu’il met en jeu plusieurs niveaux de force lesquels ne se recoupent jamais complètement, purement économique et monétaire, financier, mafieux, religieux, identitaire, psychologique et j’en oublie).
Le vrai danger qui guette Marine Le Pen est trivialement hexagonal. Il pourrait s’agir d’un échange de béquilles avec tous ceux de l’ancienne majorité qui quitteront le navire en catastrophe et souhaiteront sauver leurs meubles en se ralliant à la queue de la nouvelle comète. La Le Pen sera preneuse car on sait que sa faiblesse réside dans l’absence d’encadrement crédible pour soutenir son parti. Là où l’on souhaitait un big bang, on pourrait bien alors se retrouver avec une Marine Juppé ! A moins bien sûr que la résilience de la dame ne soit pas feinte et qu’elle ait d’autres lapins dans son chapeau ?
(J’ai lu que la richesse acquise de son père devrait être pris comme une preuve d’ubiquité vis-à-vis du peuple de peu qui vote pour elle. Le fait qu’elle soit une parvenue mais qui sait maintenir un style pouvant plaire à toutes les foules me montre au contraire qu’elle est une meneuse d’état potentielle de la trempe d’une Kirchner).
Elle peut gagner en 2012. Toutes les supputations savantes (?) sur les « réservoirs de voix » ne pèseront pas si une majorité de français discernent en elle l’instrument (n’en déplaise à Yann) capable de crever la chape qui pèse sur la politique française depuis déjà deux générations.
Il reste bien sûr à créer la force d’équilibre et d’inspiration démocratique qui puisse servir à la fois de laboratoire d’idées et de caution morale à cette nouvelle dynamique, surtout vis-à-vis des populations qui assistent à sa levée avec inquiétude (Soral avait commencé à le faire, mais ses lubies « antisionistes » l’ont mis hors jeu pour le rôle). Le pire, comme tu le redoutes toi-même, sera de forcer la main des dupontiens et des chetiens, ceux qui voient la république pour eux et tout le monde à l’exclusion de tous les autres, soit faire la psychanalyse des petites différences républicaines (belle utopie !).
A ce titre je salue quand même bien bas ton initiative, mais, comme disait Lénine : « que faire ?», parce que tout reste à faire…

Malakine

Je réponds très rapidement parce que beaucoup a déjà été dit et que j'ai d'autres trucs à écrire aujourd'hui...

> RST

Non, t'inquiète pas de souci. Mais si tu veux prendre tes distances avec les liens que tu cites, dis le ! Parce que franchement dire que MLP est nazie est tellement outrancier et grotesque que ce genre d'argument, s'il se généralisait, n'appelle que l'insulte.

> La Gaule

Je rebondis juste sur un point vu que - comme tu t'en doutes - je souscris à l'ensemble de ton post.

Je me m'explique pas cette crainte d'une alliance entre FN et quelques débris de l'UMP. On lit ça un peu partout, mais cela me semble totalement infondé.

1- Parce qu'il existe de profondes divergences entre elle et le parti présidentiel, notamment sur l'Europe et le rapport à la mondialisation. A mon sens, les élus UMP n'ont pas assez réfléchis à ces questions et préfère le confort intellectuel de la pensée unique pour que les choses changent.

2- L'un des atouts majeurs de MLP c'est son positionnement anti-élite. S'allier avec les barons locaux de la droite partlementaire (soit les vieilles élites défaillantes) serait la dernière des conneries à faire. Elle perdrait dans l'instant toute capacité à se poser en exutoire de la colère populaire.

3- L'UMP est en déliquescence accélérée. Ce parti n'en en réalité plus aucun espace politique entre un centre droit autour de Borloo, Villepin, Lepage, et la révolution patriotique de Marine. Ce parti n'existait que par le soutien çà Sarko. Aujourd'hui c'est un zombi politique.

ETDAS

@ La Gaule.
La comparaison avec Cristina me semble prématurée, même si elle n'est pas pour me déplaire.

@ tous au delas des sondages et des résultats des cantonales la simple écoute des gens révèle un changement majeur, un seuil a été franchi, une limite atteinte, la plafond de verre évoqué pourrait bien être pulvérisé beaucoup plus vite que certains le croit.
Je sais que tous les politologues l'assènent "MLP présidente, impossible"

Impossible n'est-il pas Français?

cording

Je pense que la mue du FN est en cours et que le problème est de savoir jusqu'où elle ira et sera-t-elle assez crédible pour gagner au second tour en 2012. Un des critères est la mise en sourdine voire aux oubliettes de sa xénophobie foncière et de ses obsessions sécuritaires et antimusulmanes parce que ne lui en déplaise comme à tous ceux qui stigmatisent l'Islam c'est la seconde religion de France qui est vécue paisiblement par la plupart d'entre eux.
@ Malakine
Vous m'avez profondément déçu en adhérant au RIF cette officine de la droite nationaliste autoritaire sous l'égide d'un opportuniste notoire qui vient de rallier MLP. Je ne partage pas votre optimisme parce que une élection à 2 tours s'est toujours gagné avec une réserve de voix conséquente et des formations politiques qui s'associent au candidat arrivé en tête. MLP n'incarne encore que la droite nationaliste autoritaire et c'est pour quoi Nicolas Dupont-Aignan et Laurent Pinsolle ont raison : le premier de maintenir sa candidature (Marine Le Pen n'est pas gaulliste, est encore à ce jour la droite la plus antigaulliste), le second de maintenir une opposition ferme sur le fond et la forme même si je ne la partage pas entièrement. Il y a encore beaucoup de logiques de situations et c'est à Marine Le Pen d'évoluer mais cette mue me semble trop forte à faire pour devenir crédible. Mais il lui reste 12 mois pour faire bouger toutes les lignes politiques et donc faire exploser le système oligarchique.
Pour ma part l'élection de Nicolas Sarkozy a conforté ma conviction royaliste parce qu'avoir à la tête de notre pays un Chef de l'Etat comme le Prince Jean serait un gage de sagesse, de raison et non un choix dans la nuit, une loterie comme l'élection qui comporte la possibilité du pire mais hélas rarement depuis 1958 du meilleur.

cording

Dans la situation actuelle mon choix se porterait sur Nicolas Dupont-Aignan parce qu'il est un gage de sérieux, respectabilité, c'est un authentique patriote qui ne traine aucune de ces casseroles détestables comme MLP et bien d'autres.

Malakine

> ETDAS

Ne connaissant pas la Cristina en question, je ne me prononcerait pas sur la comparaison, mais celle qui me vient spontanément est celle avec Poutine ! L'accession de Poutine au pouvoir en Russie en 1998 s'est accompagné d'une volonté de restaurer la majesté de l'Etat, de rétablir la souveraineté de la Russie et surtout de balayer des élites corrompues. Il y a de ça dans ce qui porte Marine aujourd'hui.

> Cording

Comme vous, le mandat sarkozyste a achevé de me convaincre du caractère extrêmement dangereux des institutions de la Vème. On a vu les résultats de l'exercice solitaire du pouvoir et du détournement de l'action publique à des fins personnelles et électoralistes. Il faut absolument en revenir à un régime réellement parlementaire et remettre au sommet de l'Etat, un Roi ou l'équivalent. Je dirais tout simplement un président à l'Allemande conformément à la logique de 1958 avant la réforme de 1962.

D'ailleurs, si Marine suscite autant de craintes c'est bien à cause de ces satanés institutions qui confère l'intégralité d'un pouvoir absolu à un individu qui n'aurait réuni au premier tour de l'élection présidentielle 20 ou 22% !

Si on était dans un système parlementaire, l'alliance que j'appelle de mes voeux ne ferait même pas débat. Elle serait incontournable. Le FN serait bien obligé de gouverner avec une autre formation, avec ce que cela impose de négociation et de compromis. C'est bien la perspective d'un pouvoir absolu qui lui serait conféré aux termes du scrutin qui nourrit les craintes.

Verdun

J'aime ce débat (au-delà de quelques moments d'excitation) sur nos institutions.
J'attends tes prochains billets mais tu arrives à quelque chose de diablement ntéressant : les institutions actuelles sont très dangereuses, et c'est ce danger qui m'interpelle aujourd'hui.
Une décision politique est la rencontre d'une personne qui la porte (qui concentre sur elle plusieurs niveaux de légitimité) et d'un moment où elle s'exerce (cf les livres de Lucien Sfez dont "critique de la décision" notamment).
Si le FN new look (imaginons que MLP ait réellement rompu avec le FN de son papa, qui n'a rien à envier avec certaines franges de l'UMP, rappelons-le) arrive au pouvoir en 2012, peut-il conduire un changement aussi important que celui à mener pour :
- prendre le contrepied de 30 ans de politique (restauration de l'état...) ;
- sortir de l'euro et du libre-échange
etc...
Je crains que MLP ne soit pas la bonne personne pour conduire de tels changements en étant suivie par l'administration, les médias, la population (car nous sommes d'accord pour dire que cela va pas mal "secouer" pendant 2-3 ans).
A ce stade j'ai trois soucis théoriques avec ce FN :
1) MLP n'a presque aucune chance d'être élue, et sa reprise de nos idées est la pire des choses pour nous car elle va surtout servir de repousseoir - ceux qui soutiennent le maintien du statu quo actuel pourront esquiver à nouveau tout débat de fond sur leur bilan catastrophique pour jeter aux orties notre alternative, couverte les anathèmes réservés à l'extrême-droite en 2012
2) si MLP est élue, il reste le risque que cette conversion ne soit que de façade ; rien ne garantit aujourd'hui que nos idées ne seront pas rejetées (aussi vite qu'une soirée au Fouquet's) et que nous n'aurons pas une invasion de vrais fachos, qui sont encore majoritaires au FN, au pouvoir avec tous les périls relevés dans une Vème hyper-présidentialiste - je me doute que l'administration et la police ne suivront pas, mais cela promet un beau bazar ! (je précise que je n'ai plus l'âge de prendre le maquis, ni de me faire des viaducs à la dynamite ;-) )
3) MLP applique réellement la politique que nous estimons nécessaires, mais alors, au regard des difficultés soulevées par toutes ces "belles âmes" qui n'hésiteront pas à tout faire pour l'en empêcher, comment cela peut-il aboutir positivement pour notre pays (déjà, on va se prendre une belle campagne internationale, façon Haider en Autriche), et les mondialistes et financiers qui tenteront de saboter toute reprise en main économique trouveront tout le soutien nécessaire... à nouveau un beau bazar !
Bref, rien de bon à tout cela pour l'instant !
D'où ma légère hésitation...
V.

RST

@ Malakine
Moi le mandat sarkozyste c’est du caractère extrêmement dangereux de … Sarkozy dont il a achevé de me convaincre.
Sur ton souhait de revenir au régime parlementaire, j’explique pourquoi cela me parait une très mauvaise idée sur mon blog ce soir : Remplacer un pouvoir incompétent par un pouvoir impuissant n’est pas une solution

Malakine

> RST

J'espère que tu démontreras en quoi le pouvoir politique en France est beaucoup plus "puissant" que celui qui existe en Allemagne ou en Angleterre, en citant à l'appui de ton propos les grandes réformes courageuses que la France a mis en oeuvre ces 10 dernières années, que nos voisins rendus impuissants par leur régime parlementaire n'auraient pas pu faire ...

> Verdun

Imaginais tu il y a quatre l'invasion de crétins que la République a subi sous le régime sarkozyste, que les ministres seraient réduit à un rôle de porte parole d'éléments de langage produits à l'Elysée, qu'on parlerait beaucoup mais qu'on ne ferait rien ?

Et sais tu qui arrivera dans les bagages du nouvel élu, s'il est PS ou UMP ? IL y a de quoi se faire peur des deux cotés, me semble t-il. Mais si tu veux dire que le fait qu'on ne connaisse pas exactement quel est l'entourage de MLP est un problème, je suis tout à fait d'accord.

Je le répète. Ces institutions où tout repose sur un homme sont très dangereuses et elles ne servent pas l'intérêt général.

Verdun

Il n'y a pas un mais deux dangers :
d'une part celui de la réalité de la conversion républicaine du FN (au-delà de MLP) comme tu le relèves.
Mais aussi et d'autre part, la possibilité qu'aurait l'extrême droite de mener de manière efficace une politique de sortie de la crise (par sortie de l'Euro ou du libre-échange - politique que j'appelle "gréau-sapirienne").
Et c'est là que le bât blesse. Cette politique va déclencher un tas de réactions de résistances (des marchés, des milieux médiatico-financiers ...) mais ces résistances seront largement plus importantes et efficaces face à l'extrême-droite...
Donc MLP est-elle la bonne personne pour porter une politique qui va engendrer une période de tanguage certain ?
En relisant certains passages de Sfez (je te conseille vivement ces traités arides sur la décision politique, particulièrement pertinents sous la Vème rép), je n'en suis pas sûr.
Il suffit de voir la salve de réactions aveuglément hostiles à ton billet pour constater que ce n'est pas une bonne chose pour nos idées qu'elles soient portées par une extrême-droite qui sert avant tout de "repoussoir" et permettent de couper court aux vrais débats, de confisquer toute possibilité d'alternative actuelle que nous subissons.
Après on peut discuter des questions théoriques, mais la pratique va poser problème.
Un JPC ou un DDV, sortis du serail et qui ont une expérience des grands postes porteraient plus efficacement une politique vraiment différente.
Malheureusement, ce ne sera pas le cas...
Et les tenants de l'ultra-libéralisme européistes ont bien compris que leur seule chance de pouvoir continuer à régner malgré un bilan calamiteux avec l'onction en 2012 du suffrage universel est que MLP soit la seule à présenter des idées différentes au 2nd tour.
V.

ETDAS

@ Verdun.
Raison de plus pour tenter de les prendre à leur propre piège...
ou continuer à subir encore et encore et encore!

RAS

@ Malakine

J'ai hâte de lire la suite! Le parti souverainiste ayant vocation à gouverner et dont le FN ne serait qu'une tendance ne doit-t-il pas par une professionnalisation des appareils, à la UDC, et tout ce que cela implique?

RAS

...passer par...

red2

Bravo pour le débat de plus en plus intéressant. N'ayant pas vraiment réfléchit à la question je trouve les deux axes qui se dégagent sur sur Marine le Pen cohérent. Pour schématiser grossièrement :
(i) C'est malheureusement aujourd’hui en France la seule alternative réelle permettant a court et moyen terme la rupture nécessaire avec le système mortifère actuel. (ii) Cependant est elle réellement capable de l'emporter et peut elle mettre en place un tel programme avec ses lourds antécédents? Et n'empêche t'elle pas la naissance d'une alternative? (Idiot utile du système avec une partie de l'extrême gauche braillarde en quelques sortes)

Je suis assez d’accord avec tout ça mais je rajouterai juste une chose, est ce réellement du fait de Marine le Pen si elle est la seule alternative crédible et ayant une chance de l’emporter? Est-ce vraiment de son fait si elle est si haute dans les sondages ? La faute n'est elle pas aussi a rejeter sur les républicains de gauche comme de droite qui ne sont pas foutu de s'entendre sur un programme minimum de salut public pour reprendre le contrôle et le réel pouvoir? (monnaie, libre-echange, frontière, circulation des capitaux…) Franchement je suis militant au parti de gauche et quand je voie les bases complètement irrationnelle du rejet de NDA ou de Chevènement et par des militants extrêmement intéressants en plus, c’est quand même très idiot et dommage.
Il y a eut il y peu un débat organisé par JFK avec PS, modem, NDA et Delapierre du PG bilan : le clivage est quand même clair et ne passe plus par l’axe gauge/droite !
L’alliance des 3 tendances (et le lâchage d’un PC qui ne sait vraiment pas ou il va par le PG…) même sur un programme minimum en 10 points de reprise des commande suivit de l’élection d’une assemblée à la proportionnelle serait a mon sens la réelle alternative républicaine que beaucoup de gens attendent. Malheureusement les mentalités semblent trop sclérosées et marqué par les vieux clivages et des années de luttes pour arriver à un tel bon sens… Et c’est pourtant cette alliance qui a gagné en 2005. Franchement se rendent-t-ils compte de l’urgence ? Dans ma section du PG c’est clair que non…

Santufayan

@Verdun
Je suis d'accord avec les 3 hypothèses.
par contre en 1) "MLP n'a presque aucune chance d'être élue" il faut être lucide c'est plutôt "MLP n'a aucune chance d'être élue".

C'est tellement évident qu'il n'est même pas besoin de le démontrer puisque rassembler au 2ème tour d'une présidentielle nécessite des alliances avec
d'autres partis. Hors mis à part des partis groupusculaires comme le RIF je ne vois aucun allié de poids qui prends et qui prendrait à terme cette initiative alors que nous arrivons bientôt à J - 12 mois du 1er tour.

Malakine

> Verdun

Je comprends bien tes objections, mais

1 - Il n'y a pas d'autre alternative. Pas d'autre !

2-Aucune alternative ne verra le jour avec les voix du FN

3- De toute manière, le système est instable et ça va tanguer même si la France élit un président tout ce qu'il y a de plus respectable.

Je sais bien que tout le monde a superbement ignoré le travail que j'ai fait sur les dettes souveraines, mais je montrais que la France était également dans une situation potentielle d'insolvabilité Regarde ce qui se passe enb Grèce, en Irlande, au Portugal. Ca tangue n'est ce pas ?

Imagine ce qui se passe en France le jour où les agence de notation dégradent la note de la France ou qu'on arrive plus à trouver preneur pour notre dette à moins de 7 ou 8 % avec l'ex directeur du FMI à la dette de l'Etat ... Tu ne crois pas que ça va "tanguer" également ?

> RAS

Certainement. C'est le sens de ma conclusion quand j'évoque le reste du travail qu'il y a à accomplir. Mais pour cela il faudrait que 1 des citoyens décident de s'engager et 2 qu'on puisse adhérer ailleurs que directement au FN.

> red2

"La faute n'est elle pas aussi a rejeter sur les républicains de gauche comme de droite qui ne sont pas foutu de s'entendre sur un programme minimum de salut public pour reprendre le contrôle et le réel pouvoir?

Oui, c'est bien ce que je veux dire par républi-clanisme ! C'est désespérant mais tout le monde confond l'élection présidentielle avec une législative à la proportionnelle, chacun y va pour se compter en espérant peser et en feignant de croire en son destin personnel. Je ne sais pas si tu as remarqué mais aucune alliance ne se dessine à aucun endroit de l'échiquier politique.

Rien n'a gagné en 2005. En France il est facile d'allier des refus et des mécontentements. Les syndicats font ça à chaque manif. Réunir les gens sur une propositions concrète, ça c'est autre chose !

> Santufayan

Rappelle moi quels étaient les alliés de Sarkozy en 2007 et qui a appelé à voter pour lui pour lui permettre de passer de 30 à 53 % entre les deux tours ?

Rappelle moi qui a appelé à soutenir les candidats FN aux dernières cantonales pour leur permettre d'atteindre 35 à 45 % des voix.

cording

@ Malakine,
Au lieu de rejoindre le RIF vous auriez du rejoindre la Nar qui propose une monarchie constitutionnelle, parlementaire et démocratique donc un cadre pour limiter les excès politiques en tous genres et d'où qu'ils viennent. Le Roi sera comme celui de toutes les autres monarchies européennes le garant d'un état de droit.
De plus elle élabore depuis des années un projet politique rigoureux et cohérent depuis 30 ans avec l'aide de nombreux intellectuels non royalistes, bref tout ce que n'a pas fait ni le RIF ni aucun souverainiste! Comme je vous l'avais souvent indiqué lors des précédentes saisons de votre blog.

cording

Si Marine Le Pen suscite tellement de craintes c'est surtout en raison du passé tout proche et du passif que représente le FN version Jean Marie, de tout ce qu'il charrie de négatif, d'outrances, et d'inquiétudes parce que le principe de préférence nationale est incompatible avec tout principe de notre état de droit qui prévoit l'égalité des citoyens en droit et devoirs devant la loi même s'ils n'ont pas la nationalité française.

Santufayan

Sur son blog Variae pose une question intéressante "Se maintiendra-t-il, ce vote, sur un parti [FN] se normalisant jusqu’à devenir une sorte d’UMP bis ?" :
http://www.variae.com/

Citation "La stratégie de Marine Le Pen passe par une normalisation du FN, pour élargir son électorat et le faire sortir de l’impasse politique où l’avait enfermé des années de cordon sanitaire."

Il reste bien entendu la sortie de l'euro et même la sortie de l'UE empruntée aux POI et DLR qui avaient ouvert la marche. Mais la question posée sur le fond concerne les marges de manoeuvre dont dispose le FN pour différencier son programme économique des programmes UMP et PS. la dédiabolisation du FN est en marche et aboutira probablement avec au besoin le relooking du vieux parti (nom, logo), ce point ne fait pas débat, mais à l'inverse quelle "ligne jaune" MLP doit elle éviter de franchir afin de ne pas se retrouver du même coté que l'UMPS. Le comble serait en effet de se voir railler par Mélenchon ou Schivardi de positions par trop conformistes !

A lire cet article intitulé "Normopathie nationale".

Jardidi

La position de la majorité des intervenants revient à laisser tous les pouvoirs à Marine Lepen parce qu'elle ou son parti pourraient être d'extrême-droite. Maintenant, seuls le RIF et DLR ont une importance, tous les autres mouvements de droite républicaine sont uniquement dans la parole. Autre problème, Paul-Marie Coûteux me semble être un intellectuel plus qu'un entraîneur d'hommes.
Aux prochaines législatives, le FN et DLR vont tenter d'attirer le maximum de députés UMP. Si ceux-ci n'ont pas de convictions, comme cela est probable, ils iront à l'utile, c'est-à-dire au FN, en se comportant de la même façon soumise que vis-à-vis de Nicolas Sarkozy. Cela signera la mort de DLR alors que nous aurions pu avoir comme objectif, Lepen président avec Dupont-Aignan premier ministre.
La mouvance républicaine laisse Marine Lepen s'emparer seule du pouvoir alors que l'unité dans une alliance critique avec le FN nous aurait donné une chance de la contrôler. Il faut qu'elle ait besoin de nous, c'est cela l'essentiel. Nous ne prenons pas seulement le risque de laisser quelqu'un d'extrême-droite diriger le pays mais aussi qu'il soit incompétent ou finisse par s'aveugler dans sa solitude toute puissante.
Je lis que des républicains ont déjà adhéré au FN. En 2012, ils ne pèseront rien. Après, ce sera au bon vouloir de la présidente qui devra déranger ses cadres historiques pour partager les postes de responsabilité les plus importants. Adhérer au RIF me semble la meilleure des choses à faire.
Nous sommes probablement dans le fonctionnement latin traditionnel, un lideur, des godillots et rien.

Santufayan

@Malakine
Du coup j'ai oublié de répondre à tes 2 questions :

Rappelle moi quels étaient les alliés de Sarkozy en 2007 et qui a appelé à voter pour lui pour lui permettre de passer de 30 à 53 % entre les deux tours ?
Je dirais : François Bayrou, Philippe de Villiers et Frédéric Nihous (NDA aussi mais il n'était pas candidat en 2007).

Rappelle moi qui a appelé à soutenir les candidats FN aux dernières cantonales pour leur permettre d'atteindre 35 à 45 % des voix ?
L'UMP est resté neutre ainsi que DLR me semble t-il. Je ne vois aucun parti ayant explicitement appelé à soutenir le FN dans l'entre deux tour.

Narvic

Bonjour Malakine,

J'observe, d'assez loin, mais avec un certain malaise, l'évolution de votre pensée politique. Là où je pouvais apprécier auparavant une certaine clarté, je vois aujourd'hui beaucoup de confusion.

Si j'ai bien compris votre analyse (et votre démarche), vous estimez donc aujourd'hui Marine Le Pen en mesure de réconcilier Charles De Gaulle et Philippe Petain! Cet attelage improbable pourrait même former une majorité politique dans ce pays. Et nous serions toujours… en République ?!

Si cette alliance était possible entre le nationalisme républicain (ouvert et généreux) d'un De Gaulle et le nationalisme ethnique et religieux (étriqué et égoïste) des Petain et Le Pen (celui des petits blancs catholiques, pour être plus clair), ça ne peut se faire qu'au prix de l'abandon… de la République elle-même, et des principes qui la fondent.

J'imagine que la position que je viens d'exprimer à l'instant relève exactement de ce "républicanisme" que vous dénoncez dans votre titre. Je vais pourtant essayer de la défendre ici, en avançant que c'est votre conception de la République qui est, à mon sens, confuse.

Vous faite en effet une erreur, à mon avis, en employant souvent le terme de "républicain" comme s'il était plus ou moins synonyme de "jacobin", voire pire de "souverainiste" ou "patriote".

"Souverainiste" ou "patriote" ne sont que des euphémismes pour ne pas dire clairement qu'il s'agit en réalité d'une variante, ou d'une nuance, de… nationalisme.

Alors, certes, il existe un nationalisme républicain, qui peut être d'ailleurs de droite comme de gauche. Mais il ne saurait s'arroger le monopole de la République. Ce serait une belle captation d'héritage, et un grave contresens.

Car il existe aussi des républicains qui ne sont ni nationalistes, ni jacobins (moi, par exemple, qui reste fermement régionaliste, voire localiste, et délibérément décentralisateur: une sorte de néo-girondin… ;-) Et puis il y a aussi des républicains européo-(con)fédéralistes). C'est même le fondement de la République d'être le compromis de ces différents courants autour de valeurs issues de la Révolution française (Liberté, Egalité, Fraternité).

Ce compromis est symbolisé par la laïcité de 1905, et ce n'est pas parce que Marine Le Pen s'en revendique aujourd'hui que l'on doive la considérer comme sincère et y voir autre chose qu'opportunisme politique et une - réelle - habileté tactique.

A entendre son discours d'investiture (notamment les extraits utilement cités par Joe un peu plus haut), on a tout lieu au contraire de tenir la conversion récente de Marine Le Pen à la République et la laïcité comme purement de façade. Le déplacement du discours frontiste qui l'accompagne de la stigmatisation des arabes et des immigrés à la stigmatisation, réaffirmée avec force, de l'islam et des étrangers, n'est qu'un simple déplacement sémantique, pour désigner toujours la même cible, en dissimulant mieux le caractère raciste (ou xénophobe: autre euphémisme bien de saison) et anti-républicain de la démarche.

Pour ceux qui seraient déroutés par l'opération, Marine Le Pen se trouve d'ailleurs contrainte, ce qui signe la limite de cette opération, de rappeler régulièrement que lorsqu'elle dit "islam" et "étranger", là où son père disait "arabe" et "immigré", c'est bel et bien aux "Français de souche" qu'elle s'adresse en réalité. Or, est-il besoin de rappeler que cette notion de "Français de souche" est intrinsèquement incompatible avec le compromis républicain, qui reste, fondamentalement, assimilateur (la citoyenneté nationale par adhésion individuelle et pas par héritage familial)?

La cohérence idéologique réelle du nationalisme républicain reste certes à discuter, j'en conviens (j'attends impatiemment vos considérations annoncées sur ce point), mais ce n'est pas mon problème, puisque je ne suis pas nationaliste. ;-) La nature "agrégative" ou "sédimentaire" (et très intellectuelle) de la Nation, à laquelle renvoie la République, reste problématique, voire ambiguë, surtout face à la vision biologique ou religieuse de la Nation "pétainiste", qui est bien plus "simple", cohérente et "intuitive". Mais ça n'efface en aucune façon la ligne rouge entre un nationalisme qui reste tolérable par l'ensemble des "autres" républicains, et celui qui ne l'est pas: la biologie et la religion!

Tout ce ci pour vous mettre en garde, amicalement, Malakine. Pour un nationaliste républicain, faire un pas vers le Front national, c'est faire un pas hors de la République. Et c'est un casus belli pour les "autres" républicains...

A vous de voir ce qui est le plus important pour vous aujourd'hui: rester dans le cadre du compromis républicain sur la question nationale, même s'il n'existe pas de consensus aujourd'hui, dans ce cadre, sur la question de la politique économique. Ou bien rompre avec la République.

Ça me semblerait dommage, car il existe bien des courants, au sein de l'arc républicain, avec lesquels vous pourriez trouver un consensus sur la politique économique: on peut en effet être fermement opposé à cette forme de mondialisation économique et cette forme de construction européenne… sans être nationaliste pour autant. On en trouve aussi bien autour de Mélenchon que chez les Verts.

Malakine

> Narvic

Je ne peux pas rester silencieux à la lecture d'un commentaire aussi argumenté et subtil. En même temps, je suis embété car la question ici posée est celle de notre conception de la nation et de la république, thème que je vais traiter en détail dans le long texte que j'ai commencé avant ma reprise et que je n'ai pas encore achevé. J'espère qu'on pourra reprendre le débat de fond à ce moment là. Courant de la semaine prochaine, très certainement.

Sur cet article, il doit être bien clair que je critique le patriotisme de parti et la fermeture d'esprit de certains dit "républicains", qui les conduit à combattre la représentation politique de leurs propres idées. Il ne s'agit pas d'une critique contre l'idée républicaine en tant que telle.

Si l'objet du litige porte - comme je le comprends - sur une conception ou non ethniciste de la nation, il me semble que je n'ai aucune leçon à recevoir sur ce terrain. Le débat que j'ai eu avec Riposte Laïque l'an passé prouve que je ne suis en rien un islamophobe ou un xénophobe. Au contraire, je suis infiniment plus tolérant à l'égard du fait culturel, religieux et même communautaire que la plupart des républicains qui pourtant se permettent de donner des leçon de morale à Marine Le Pen et à ses partisans. Voir notamment cette vidéo ou Laurent Pinsolle dans un débat avec Jean Yves Le Gallou considère (à la toute fin) que le port de voile (pas de la Burqa, du voile!!) est contraire aux principes de la république et qu'il acquièse aux propos purement islamophobes de son interlocuteur sur la Hallal ou le ramadan.

http://www.enquete-debat.fr/archives/echec-et-mat-jean-yves-le-gallou-et-laurent-pinsolle-sur-limmigration

En réalité, je défends une vraie conception civique de la nation, c'est à dire une conception qui accepte les différences culturelles et qui se veut indifférente à leur égard. En revanche les dits "répubilcains" défendent en réalité une conception ethnique de la nation. Mais je renvoie à plus tard pour ce débat.

J'avoue que je ne suis pas fan du discours assimilateur, et de cette conception intégriste de la laïcité qui veut non seulement assurer une neutralité de l'Etat à l'égard des cultes, mais aussi une neutralité de l'espace public. Riposte Laïque véhicule ce discours de manière hystérisée, mais on le retrouve sous une forme atténuée, chez Marine comme chez DLR. Pour moi c'est exactement le même ! La vidéo mise en lien plus haut le montre. Le seul dans la mouvance républicaine qui se distingue franchement de ce discours ethiciste (càd recherchant une parfait homogénéïté culturelle de la nation) c'est Chevènement. Lui ne parle jamais d'assimilation et a carrément déclaré récemment que le nombre de musulmans n'était pas un sujet dès lors qu'ils repsectaient les lois de la République.

Simplement, je passe outre ce discours philosophico-sociétal que je réprouve, car d'une part ceci est finalement de faible portée. On est presque dans le symbole. Et d'autre part, ce sont les questions économiques et le retour à la souveraineté qui m'importent le plus. De ce point de vue, il y a des décisions urgentes à prendre, car il y a une véritable menace.

Narvic

Qu'on se comprenne bien, je ne vous soupçonne nullement de soutenir une vision ethnique de la Nation, alors que je prétends que c'est le fond-même de la vision politique des Le Pen, père comme fille (je ne crois pas à la conversion républicaine de MLP et je l'estime digne héritière du pétainisme, qu'elle a su réactualiser).

Notre divergence se trouve, à mon sens, dans l'évaluation des conséquences politiques et sociales à terme de cette résurgence forte en France d'un nationalisme de nature raciste, même s'il se dissimule en tant que tel derrière des euphémismes.

La menace se porte, selon moi, sur la cohésion sociale et nourrit un ferment réel de guerre civile.

Que Marine Le Pen accède au pouvoir et commence à mettre en oeuvre son programme politique, que les rafles de clandestins, plus ou moins "fabriqués" par des changements législatifs ad hoc, changent d'ampleur et se systématisent, en s'étendant, par exemple, à des familles entières installés en France depuis longtemps, que l'on passe des charters aux cargos, ce qui demandera, techniquement, de transformer les camps de rétentions en camps de concentration et de les multiplier le long des côtes, tout ça ne se fera pas sans beaucoup de violence. Ça conduire tout bonnement à mettre les banlieues à feu et à sang. Et pour ma part, je sais déjà fort bien dans quel camp je me rangerai dans un tel conflit.

Souvenez-vous des émeutes de 2005... Je fais toute confiance à Marine Le Pen dans une telle situation pour recourir à son tour à l'état d'urgence, et je lui attribue suffisamment de talent pour réussir à pérenniser cet état d'exception.

Nos institutions permettent ça sans trop de difficulté. Souvenez-vous aussi du "coup d'Etat permanent", selon un certain François Mitterrand.

Bref ce serait pour moi (et quelques autres, j'en ai peur) la fin de la République... et un motif suffisant pour invoquer l'article II de la Déclaration de 1789: mon droit "naturel et imprescriptible" de "résistance à l'oppression". C'est à dire... de prendre les armes. Et je vous assure que je suis sérieux quand je dis ça.

Vous sous-estimez, je le redoute, l'état actuel de décomposition du corps social après quarante ans de crise économique larvée. L'arrivée au pouvoir de MLP serait, à mon sens, une étincelle dans une poudrière.

La question que je vous pose donc, Malakine, dans le cas (hypothèse de travail...) où vous seriez vous-même chargé de négocier l'accord de gouvernement avec MLP, est celle-ci: quel quota de clandestins expulsés et quelles restrictions des libertés publiques serait vous prêt à lui concéder pour obtenir cet accord? Et, subsidiairement, une fois au pouvoir, de combien de temps estimez-vous que vous disposerez pour prendre les mesures économiques qui s'imposent avant que le pays n'explose?

Malakine

> Narvic

Notre divergence s'exprime déjà dans la nature du "marinisme" que je n'analyse en aucun cas comme une résurgence d'un nationalisme à caractère raciste.

Tout ce que tu décris ensuite me semble s'appliquer en priorité au Sarkozsme. Si on ne règle pas les problèmes économiques, alors oui, on en arrivera à ça. Le Marinisme c'est d'abord et avant tout un projet de rupture avec "l'ordre économique".

Narvic

> Malakine

Je préfère prendre du temps pour te répondre, pour calmer mes propres passions que ton discours réveille chez moi.

J'essaie de ne pas être polémique, mais ça m'est très difficile sur ce sujet.

En résumé, pour moi le marinisme n'est qu'un artifice tactique, certes adroit, du lepenisme, lui-même avatar contemporain du pétainisme, allié du fascisme.

Le discours économique de MLP n'est qu'un bélier pour faire mieux passer un discours qui reste fondamentalement raciste: la préférence nationale au bénéfice du petit blanc catholique "de souche".

Ce discours se situe hors de la République et transgresse de manière criminelle ses valeurs.

Si nous ne sommes pas d'accord sur ce point, c'est que nous ne formons plus République ensemble.

Je ne comprends pas très bien non plus tes propos au sujet de l'homosexualité, mais je suis bien tenté de les interpréter dans le même sens.

Bref, quand certains s'arrogent le discours de la République (=chose publique, =commune) pour prôner un discours de division, c'est que la République est morte et que la guerre civile menace.

Le nationalisme, c'est la guerre. C'est mon grand-père qui me l'a appris.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Stats


  • Fréquentation du site